bienveillance·concours·enfants

Il n’est j’aimais trop tôt pour apprendre le féminisme aux enfants

Je vous ai parlé il y a quelque temps de nos trouvailles à la bibliothèque du quartier, je tenais à vous présenter ces livres, car je trouve important qu’ils soient connus.

Je vous ai déjà parlé des stéréotypes ici et 🙂 vous savez que ça me tient à cœur.

Beaucoup de chose peuvent passer par la lecture, un livre peut aider à avoir un sujet de discussion avec son enfant, comme je l’ai fait avec ma fille après qu’elle ai lu ces 2 livres.

Un parle des stéréotypes et l’autre du féminisme, ils emplois des mots facile à comprendre par les enfants, les dessins sont bien réalistes, on comprend juste en regardant les images, de quoi il s’agit.

Les stéréotypes sont partout, dans notre vie de tous les jours, une phrase basique que l’on à entendu plusieurs fois « c’est les filles qui pleurent » « les filles jouent à la poupée et les garçons au foot » … c’est pour çà qu’il est très important d’en parler avec nos enfants, pour leur expliquer que non, tous les enfants on le droit de porter du rose, du bleu, de jouer avec une poupée, d’exprimer ses sentiments et qu’il n’y a pas à avoir honte de pleurer…

Le 1er est :

-On n’est pas des poupées :

25434266_10213174721475171_1024899117_o

C’est un livre qui parle des stéréotypes : non les filles n’aiment pas toutes le rose, ne passe pas leur temps à faire du ménage et la cuisine, une fille n’est pas que jolie.

25441031_10213174721915182_1074989970_o

Une fille a le droit de jouer à « des jeux de garçons » et un garçon, à la poupée.

Qu’une fille a le droit de décider si un garçon veut l’embrasser ou lui tenir la main, elle n’est pas obligée d’accepter. Gros sujet du moment en plus.

Et surtout un point important, elle a le droit de choisir ou non d’être maman, plus tard.

25434424_10213174722075186_1414491416_o

Parce qu’on nous conditionne dés l’enfance, par l’école, la culture, la famille… à toutes ces choses.

Il faut changer le regard des gens, quand un petit garçon joue avec une poupée et une fille avec des voitures, quand un petit garçon veut regarder un dessin animé de « fille ».

25434300_10213174721795179_1011773477_o

Il faut dire et redire aux enfants, que leurs corps leur appartient et que personne n’a à les touchés sans autorisation, de leurs parts.

25434017_10213174721755178_795719437_o

On retrouve à la fin du livre, 8 portraits de femmes qui défendent les droits des femmes, de Olympe de Gouges (elle a écrit la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, à l’époque de la révolution Française ), à Georges Sand (qui défend l’autonomie des femmes), à Louise Michel (qui c’est battu pour que les filles reçoivent la même éducation que les garçons), à Rosa Luxemburg (journaliste à l’origine de la journée international POUR les droits des femmes), en passant par Simone de Beauvoir (elle a écrit le célèbre livre féministe « le deuxième sexe » où elle parle de l’éducation donnée aux filles et des rôles attribués) et en finissant par Angela Davis (elle milite pour les droits entre citoyens blancs et afro-américains).

Avis de ma fille :

Les filles aussi, on le droit de faire ce qu’elle veulent.

Ça résume bien le livre je trouve:)

Le 2ᵉ est :

On n’est pas des super héros :

25434175_10213174721515172_314030480_o

C’est un livre qui dit aux enfants, qu’ils ont droit de ne pas être le meilleur, le plus fort, le plus…

25435521_10213174721435170_143461352_o

Qu’un enfant a le droit d’avoir peur, de vouloir des câlins de ses parents, qu’une fille peut être plus intelligente et meilleure à l’école/au travail qu’un garçon.

25445217_10213174721875181_1538556048_o

Qu’il n’y a pas de sport de fille et des sports de garçon.

Il y a une phrase qui résume très bien cela :

« Et pourquoi pas des cerveaux de filles et des cerveaux de garçons pendant qu’on y est »

Et important aussi qu’un enfant a le droit de pleurer, car on dit souvent à un enfant qui pleure « c’est rien, va passer » « c’est les filles qui pleurent », non s’il pleure c’est qu’il a mal, souffre, est triste, à besoin de pleurer, il ne faut pas oublier de se mettre à la place des enfants, nous adultes sommes pareils.

25467613_10213174721595174_123371866_o

Et comme dans le précédent livre, on termine avec des portraits, là c’est 8 hommes cette fois, qui ont milités pour que les femmes et les hommes est les même droits.
De Michel de Montaigue qui a dénoncé que les femmes subissent la loi des hommes, à Nicolas de Condorcet qui lui a milité pour les droits politiques des femmes, en passant par Victor Hugo qui lui aussi a combattu et en passant par Michel Foucault qui a dénoncé la domination des hommes.

Avis de ma fille :

Si on ne veut pas être le plus fort, on a le droit.
C’est pas ridicule de vouloir des bisous de notre maman, vu qu’on l’aime.

 

Ce sont des livres à mettre entre les mains de tous les enfants et dés leur plus jeune âge.

On n’est pas des héros et On n’est pas des poupées
de Delphine Beauvois et Claire Cantais
Collection Jamais trop tôt
Édition la ville brûle
13 euros

Et vous, vous pensez aussi qu’il est important dans parler tôt à nos enfants ?

 


*Hésiter pas nous suivre sur Instagram : https://www.instagram.com/mamtermante/

*La page Facebook de Mam’termante : https://www.facebook.com/mamternante/?ref=aymt_homepage_panel

*Depuis peu, retrouver nous sur Twitter aussi:) : https://twitter.com/Mamtermante?lang=fr

*Et à vous abonner au blog, si c’est pas déjà fait 🙂

 

 

 

Publicités

6 commentaires sur “Il n’est j’aimais trop tôt pour apprendre le féminisme aux enfants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s